18 février 2011

Terrains de jeu

    La cartonnerie est programmée pour devenir un espace public de proximité qui déploiera une aire de jeu. La démarche de Carton plein est de concevoir des aménagements non génériques à partir d’une approche ancrée dans le site. C’est riches de toute une première phase d’analyse sensible du site (L'épisode 1) et de la considération des qualités et contraintes du site que nous aborderons la conception de ce terrain de jeux. C’est aussi l’observation des aires de jeux et des pratiques dans la ville (approche immersive à Saint Etienne) et la recherche documentée d’expériences autres dans le monde, qui constitueront notre base de travail.


Jardin des plantes, Février 2011

     Les aménagements proposés aux enfants aujourd’hui dans la ville de Saint Etienne se ressemblent tous : des squares fermés, où les enfants, au centre, sont visibles de toutes parts depuis les bancs qui les encadrent. Les modules de jeux sont interdits ou déconseillés aux adultes, qui se retrouvent installés de manière frontale pour pouvoir observer/ surveiller leurs enfants. Les aires de jeux usent des archétypes que sont le tourniquet, le toboggan, le mat, la balançoire, et les déclinaisons sont rares. Les normes de sécurité et processus d’aménagement (l’effet catalogue ?) contribuent à l’homogénéisation des productions. Toutes utilisent le même vocabulaire : coloré, fait de modules de jeux arrondis, aux formes souples... L’aire de jeu est codifiée, normée, réglée. A chaque module de jeu correspond un age (2-6 ans par exemple) certainement pour protéger les enfants et aménagements... une manière de contrôler le « bon » développement de la motricité de l’enfant.

« Tout projet urbain repose sur une préconception de ce qu’est l’enfance, sur une grille comportementale, qui, pour ne pas toujours être explicite, n’en ai pas moins dessinée en creux par les consignes de sécurité. »
Anthologie Aires de jeux d’artistes, V. Romagny

Modalités de travail :

Le projet cherche à rassembler des compétences et des sensibilités multiples, et à mettre les acteurs du projet en « jeu ». Seul un processus d’expérimentation direct, avec des temps de travail concentrés dans le temps (workshops), des moments propices aux rencontres, permettra la mise en place d’une réflexion pluridisciplinaire et originale. L’ensemble sera nourri de recherches, de documentations et d’observations qui seront restitués à chaque étape dans les workshops. De nombreux temps seront ouverts aux publics qu’ils soient voisins, professionnels, chercheurs.

Quelques principes d’aménagement :

Nous ne considérons ni le jeu, ni ses espaces dédiés, comme exclusivement réservés aux enfants. C’est pour cette raison que le processus de fabrication devra amener les adultes concepteurs à devenir joueurs. Les observations effectuées dans les aires de jeux existantes permettront d’enrichir la cohabitation des publics dans un même terrain de jeux. Comment les adultes peuvent-ils prendre du plaisir dans ces espaces à inventer ? N’y a-t-il des formes de rencontres différentes et hors du cadre familial conventionnel ? Comment penser cet espace pour qu’il devienne un générateur de rencontres ?

Les usagers (enfants et adultes) seront associés au travail de conception.
Par des séances de jeux croisées, des temps passés in situ et la création de protocoles spécifiques. De la même manière que les adultes peuvent jouer, les enfants peuvent aussi créer.

Les aménagements proposés seront pensés IN SITU, dans un rapport sensible au lieu. Pour autant les échanges, démarches, protocoles et créations pourront essaimer dans d’autres lieux : la cartonnerie est un laboratoire de recherche où prennent formes des actions/ créations qui concernent le lieu et le débordent.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire