31 janvier 2012

Assemblée Générale !



Et Voilà l'assemblée générale ! Occasion d'un petit bilan en image des actions 2011... Il s'en est passé des choses depuis un an ! Le froid ambiant ne nous a pas tous démotivés ce soir là. Même si il est dure de tenir en hiver et sur le long cours, nous étions une petite vingtaine à cette assemblée générale. Nous prévoyons un pendant estival plus étoffé cet été, sur le site même avec les usagers, au soleil !

Ce petit bilan a permis de revenir sur les évolutions rapides du projet. D'un micro projet d'un collectif pluridisciplinaire, nous voilà partis dans une aventure partagée avec le quartier (5 voisins et adhérents impliqués rejoignent le projet dont Christian, voisin fétiche, qui rentre officiellement dans le conseil d'administration). Nous devenons même un laboratoire de la conception d'espace public, espace de convergence d'universités, d'institutions, d'associations, d'usagers, d'écoles....

Nous sommes dans une situation spéciale : l'EPASE a restitué le site à la ville de Saint Etienne mais il semble y avoir un vide juridique puisque nous aménageons un espace sans commanditaire, à part peut être les usagers eux mêmes ! Un espace public au statut lui même spécial puisqu'il est temporaire...
Nous devrons cette année éclaircir notre positionnement. Mme Sasso, élue de quartier, pointe du doigt l'importance d'affirmer notre positionnement dans le temps, puisque beaucoup de projets s’évanouissent en cours de route. Elle évoque aussi la difficulté des services à entretenir tous les nouveaux projets. Nous devrons alors intégrer le plus possible les services techniques dans nos projets. C'est déjà un peu le cas, mais pas assez encore ! Nous souffrons (comme nous bénéficions) aussi de la coprésence entre EPASE et ville qui doivent négocier leur rôle dans le quartier. Laurie, l'architecte du groupe se passionne pour ces questions de gouvernance des projets urbains. Pascale Pichon, sociologue qui rentre aussi dans le CA nous aidera peut être aussi à mieux définir notre positionnement et à ancrer notre action dans un cadre politique global.

Nous devons donc revoir notre positionnement et nos objectifs : finir cet été avec une nouvelle phase d'aménagement, clôturer par une édition ? prolonger l'expérimentation, la recherche action, la nourrir ? sur ce lieu ou sur d'autres espaces ? Devons nous ouvrir la laboratoire au quartier comme nous commençons à le préfigurer, ou au contraire focaliser notre attention sur un lieu ? Comment affirmer nos liens avec les institutions en gardant la même marge de manœuvre ? Comment ancrer d'avantage le projet dans le quartier ? Continuer à impliquer les voisins et à sensibiliser les habitants sur les transformations en cours ? bref... nous qui cherchons toujours des réponses voici encore des questions !

1 commentaire:

  1. Je crois que de nombreux collectifs se questionnent ainsi, par étape et selon l'avancement des projets, l'évolution subie ou choisie des choses. Peut-être pourriez-vous envisager de monter un colloque, tables rondes, discussions, autour de ces questions même. Proposant le cas de la cartonnerie comme un exercice concret de prospective et réflexion sur le présent.
    Je n'ai pas été très présente dernièrement mais ces questions d'inscription dans la société civile, sociale et spatiale et, en même temps dans les réseaux professionnels et politiques de la ville m'intéressent beaucoup.
    à très bientôt,
    Lise Serra

    RépondreSupprimer