2 mai 2016

"La ville ensemble" à Strasbourg


Alors que nous avions accueilli des représentants du Club Ville Aménagement dans notre laboratoire urbain en mars 2014, Carton Plein est à nouveau invité à présenter son projet et cette fois ci à Strasbourg sur une invitation d'Olivier Caro et de l'EPASE. Cette rencontre se déroule tous les 2 ou 3 ans et invite environ 500 aménageurs de France (élus, agents de collectivités, représentants d'institutions publiques mixtes) mais aussi des chercheurs, des indépendants, des promoteurs, à réfléchir sur leurs pratiques. Cette grand messe se déroulait donc à Strasbourg où un projet de renouvellement urbain ambitieux est cours. Le public de cette rencontre est un public très professionnel puisque le droit d'entrée s'élève tout de même à 500 euros !

La thématique de cette rencontre est faire "la ville, ensemble !" Ceci n'est pas simple lorsque l'on est un aménageur aujourd'hui. Les acteurs de la fabrique de la ville se multiplient, le secteur privé s'invite au cœur des réflexions publiques, la pluridisciplinarité semblent devenir primordiale, la participation citoyenne devient obligatoire... C'est la conviction que l'unique approche techniciste de la ville pose problème qui a amené le Club ville aménagement à reposer la question des acteurs de la fabrique de la ville. C'est aussi la question de la cohésion sociale : qui sont les destinataires de cette fabrique ? et oui faire la ville pour qui ? Alors que les migrants se multiplient en périphéries des villes, que le peuplement ne répond pas a des statistiques précises et que l'aléatoire s'invite au cœur des projections... qui seront les habitants des villes et des campagnes? comment vivront ils ?

Les visions planificatrices à long terme de ces aménageurs ont parfois tendance à s’éloigner du quotidien, du présent, de la ville réelle en transformation. Comment rapprocher ces dimensions ? Comment faire du chantier dans la ville un temps créatif, vivant qui participe au renouvellement urbain ? Notre atelier intitulé "Tiers acteurs, expérimentations et nouveaux modes de faire" s'intéresse aux représentants de la société civile ou aux professionnels qui s’invitent dans les rouages du processus de projet plus classique. Notre approche amène des réactions ambivalentes, entre forte attirance et rejet...




La présentation se focalise sur le projet urbain comme processus, sur les enjeux politiques de la solidarité dans l'espace public, sur le projet comme espace de développement local qui peut s’appuyer sur les acteurs et l'écosystème territorial... autant d'enjeux qui interpellent. Les questions d'esthétiques (avec un large débat sur l'esthétique de la palette) pour essayer de voir pourquoi et comment  les matériaux, la qualité, le type de vocabulaire sont choisis..
 Puis au fil des échanges nous n'hésitons pas à prendre la parole.  Avec Carton Plein, on essaye de reposer la question politique centrale : quelle ville souhaitons-nous ? Faire la ville ensemble, cela voudrait dire quoi ? Est-ce la ville entre les aménageurs et les promoteurs ou est-ce la ville avec tous, les citoyens, les associations, les entreprises... Pourquoi y a-t-il alors tant d'absents autour de ces tables ? Comment inclure ? Débattre autrement ? Faire des pas de côté ? Se poser les bonnes questions ?
Ici, Carton Plein affirme son positionnement et rappelle ce à quoi nous croyons et ce que nous faisons à travers nos actes et projets : une ville solidaire et plurielle qui doit s'appuyer sur son écosystème d'acteurs local pour créer un mouvement vertueux, une dynamique collective. Une ville-processus qui expérimente, se donne le droit à l'essai-erreur, apprend, se construit dans ce mouvement.


 


Carton Plein a redit combien il est nécessaire de recréer du lien, de s'interroger collectivement sur notre responsabilité éminemment politique et éthique à chacun de penser et de concevoir la cité avec la nécessaire altérité. Cette rencontre était pour nous très forte car nous nous sommes rendus compte que peu d'acteurs non institutionnels étaient là et qu'il y avait un enjeu a être présents dans ce type de sphère politique. Notre position totalement indépendante nous permet une liberté de parole riche. Nous avons montrer que nous y avions une place pour requestionner, interroger, remettre au cœur des enjeux politiques, apporter un autre regard... Notre approche recherche action nous semble alors encore primordiale pour pouvoir analyser nos pratiques tout en montrant que cela peut se faire, avec des limites certes, mais sont concrètes. 
Ici l'ensemble des échanges et la synthèse de travaux préparatoires. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire