14 juillet 2013

TOUS DEHORS ! Jour 5



*Bureau d'architecture nomade 
Parce que le fond du fond de la réflexion est la conception de l'espace public, et qu'il semble ici que les espaces publics délaissés offrent un support pour l'imaginaire et la projection, nous réfléchissons in situ au potentiel des abords de la médiathèques. Un bureau d'architecture nomade se construit au fil des jours. Le bureau d'architecte à roulette, rustique, déploie des plans, des vues 3D, des cahiers pour recueillir les points de vue des usagers, employés et passants. Se côtoient les dysfonctionnements, les envies des bibliothécaires, des usagers. En vivant les lieux nous alimentons aussi le diagnostic...
Bien sûr, cette phase mériterait d’être approfondie, mais déjà se dégagent quelques pistes, zones stratégiques, et l'espace public, les abords, les seuils deviennent objets de désir et d'attention.

*Rideau géant 
La médiathèque se fait discrète, repliée derrière les arches de l'imposant viaduc. Pourtant elle accuille un grand nombre de lecteurs et mériterait une vraie visibilité dans l'espace public. L'arche N°31 fait office de porte depuis le nord pour cet établissement public. Comment différencier cette arche des autres et marquer une vraie entrée pour la médiathèque visible depuis le boulevard et Carnot ? En cousant les pages des bandes dessinées abandonnées, petit à petit le rideau géant se construit. Il sera déroulé lors du vernissage improvisé, depuis la gare, en surplomb de la médiathèque. Les pages ondulent au son de la mandoline et reflètent les rayons du soleil couchant. Les bibliothécaires se glissent à travers le rideau, dans leurs costumes de haute couture littéraire ils semblent sortis d'une étrange fiction. Le boulevard prend un air de cartoon : on y est, la bibliothèque est bien sortie de ses murs !

*Exposition minute 
Des tasseaux, des photocopies, un peu de couture et nous voila avec une petite exposition qui retrace l'aventure au jour le jour. Ah tout de suite avec du fluo ça a de l'allure ! Se remémorer les étapes de travail, trier dans les nombreuses photos, choisir certaines plus que d'autres, trouver la forme appropriée... certes quelques textes auraient pu expliciter mais faute de temps seules les images seront présentes. Ce sera aux bibliothécaires d'expliquer l'expérience aux visiteurs... Quelques dessins gravés dans du lino, ont aussi été tirés à la presse, et contrastent avec leurs couleurs flâchies. 

*Vernissage non officiel
Une barouette, un viaduc en carton, quelques verres, des chips, un voisin musicien rencontré la veille qui nous fait partager des aires orientaux à la mandoline, et le tour est joué ! C'est tout de même agréable d'organiser des événements sans invitation, sur le vif, avec le plaisir de croiser peut-être quelques passants ahuris qui se grefferont à ce temps court. Il est 18h30, Maurice Desgouttes s'inquiète. A 19h tout doit être bouclé car l'alarme se met en route - impossible de décaler le moment fatidique. Petite tension stimulante... A 19h - 5 tout le monde est sur le qui vive et range le matériel sur les caddys et autres objets roulants. Les va-et-vient sont nombreux. L'exposition rentre à l'intérieur de la médiathèque où elle doit trouver sa place... On débranche les musiciens in extremis... Ouf 18h59 ! Le petit groupe formé spontanément reste sur le parvis, personne ne veut partir, et s'improvise déjà un petit concert acoustique. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire